Des Hashtags & Likes… Pour sauver le monde !

La véritable révolution de ce XXIe siècle est sans nul doute INTERNET et sa technologie. Personne, à moins d’appartenir à un autre monde, ne pourra contester ce fait indéniable. En quelques décennies il est devenu le principal moteur de l’information mondiale. En effet il impose réellement sa force de par « la diffusion synchronisée intercontinentale et en temps réel de l’information ». Du coup, obligeant ces concurrents tels que la télévision et la presse-papier à s’approprier ses services ou produits… Parce que oui, en 2014 l’audience est monstrueuse sur le web: l’internet est PARTOUT.

D’ailleurs, il  s’accroche tellement à sa position de leader qu’il ne cesse de le démontrer chaque année dans ces nombreuses branches technologiques et surtout dans la manière dont il est utilisé. C’est en fait le point qui nous intéresse ici: L’internet, à quel fin ? Allant de la simple diffusion de contenu médiatique à des offres et demandes de produits et services, le monde du web est en effet un village planétaire où tous les secteurs d’activités se retrouvent. Rien n’illustre mieux cela que les réseaux-sociaux, l’une de ses nombreuses branches/secteurs de l’internet qui monopolisent à eux seuls plus de 70% de la présence sur le web. Dans cette dernière décennie, les réseaux-sociaux constituent le secteur phare du net reléguant loin derrière les portails, forums et même les logiciels de messagerie instantanée tels que: « msn », « yahoo messenger » et aujourd’hui « skype » qui tente tant bien que mal de survivre. On assiste même à une « socialisation » des portails web, des sites de rencontres et des logiciels de messagerie instantanée, je veux dire par là, qu’ils essaient d’inclure les réseaux sociaux dans leurs plateformes… faut bien trouver un moyen pour survivre dans ce village planétaire.

C’est effectivement dans cet aspect de village planétaire que se trouve la véritable force des réseaux sociaux: le monde se virtualise et peu à peu une certaine réalité virtuelle s’installe et tend dangereusement à prendre la place de la réalité tout court. Je m’explique: on préfère discuter en « inbox » que d’aller voir son ami qui habite à deux pattées de maison, les rencontres sont remplacées par des « hangouts » ou « skype session »… mais encore PIRE que tout ça: les « E-Révolutionnaires ». Ces derniers se sont particulièrement distingués lors de ces 2 dernières années.

E-Révolutionnaire, c’est quoi ou qui ? Ce sont ces personnes qui n’hésitent pas à dénoncer toute forme d’injustice par des posts/statuts sur les réseaux sociaux, des billets sur les sites ou blogs, des mouvements de révolte ou d’indignation sur le web. Une autre définition toute simple bien que fainéante me pousserait à dire: un activiste mais derrière son PC. Je me permet de traiter cette définition de fainéante du fait qu’elle n’explicite pas entièrement pas le mot composé mais en réalité c’est dans cette fainéantise que se trouve une vérité cruelle.

Qu’elle est d’abord cette vérité ? Cette « e-révolution » n’échappe pas à cette réalité virtuelle « qui s’installe et tend dangereusement à prendre la place de la réalité tout court » explicitée un peu plus haut. Ensuite pourquoi est-elle cruelle ? Parce que de nos jours les gens préfèrent s’indigner devant leur machine avec des « statuts » que d’aller sur le terrain et se battre pour cette cause. Parce que nous sommes les premiers à « donner un j’aime pour une photo d’enfant malade » que d’aller faire un don de sang à l’hôpital. Parce que de nos jours nous préférons signer des pétitions sur le web que de répondre physiquement à un rassemblement sur une place publique. Voilà le Pourquoi ! Des « parce que » de ce genre je peux en sortir des dizaines juste pour démontrer à quel point cette vérité dans la « E-Révolution » peut être cruelle. Pires sont ceux qui « like » ou « retweet » pour se convaincre eux-mêmes qu’ils n’ont pas été insensibles, qu’ils ont « fais quelque chose », ceux-là souffrent d’une maladie qui n’a pas encore son nom. (D’ailleurs, à ce sujet, je vous invite à voir cette puissante campagne photographique d’où je tire certaines de mes illustrations: « Ad Campaign Uses Powerful Photographs to Explain that Facebook Likes Don’t Help« )

C’est vrai, il est bien de dénoncer le mal, de se battre pour la justice, de dire non à l’oppression mais ces combats ne peuvent se faire qu’avec des mots, il faut aussi de l’action. Les mots s’envolent (ou dois-je dire s’oublient) sur le net comme les paroles dans la vie courante. Ainsi fonctionne le web dans sa diffusion de contenu: c’est un fil d’actualité qui ne cesse d’augmenter, de ce fait ce qui a été posté il y a de cela 5 minutes est remplacé automatiquement par ce qui vient d’être mis en ligne. Nous nous indignons avec des « hashtags » sur un tel fait que nous oublierons dés qu’un autre fait fera surface. Des causes sont vite oubliées et remplacées par d’autres plus récentes… Hélas ! Prenez garde de cet effet de « mode » … le principal vice caché de l’activisme-web.

Comme j’ai eu à le dire dans un de mes statuts sur le célèbre réseau social « facebook », je me cite:

« Il y a + de 6 mois c’était CENTRAFRIQUE, il y a 3 mois c’était Nairobi et hier GAZA. Non je rectifie: y a + de 6 mois CA A COMMENCÉ en Centrafrique, depuis 3 mois on pleure toujours le Westgate et aujourd’hui le même combat continue à Gaza et partout ailleurs où l’humain est opprimé. Le combat ne doit pas se baser sur le flux médiatique, le « HASHTAG DU JOUR » ou un concours de « LIKE ». L’effet de buzz n’est (ou ne doit être) qu’un tremplin pour donner VOIX aux Sans-Voix mais pas la finalité de nos. »

Dans mes maigres pensées. 🙂

likehelp1 likehelp3

Crédit-Photo: Web

-- 
Samaké Ba Samba
IT Professionnal de fonction
E-Marqueteur / Community Manager/ Chroniqueur IT / Blogueur RFI
Webmaster, Web-Dev, Photographer, Ingénieur Réseau-Telecom en formation
@Twitter: Sir_Sam' B. - @LinkedIn: Samaké B. Samba
@facebook: Samaké B. Samba - @Portfolio-Photo: KiinGraphiiK
@Blog/SiteBataaxal - Blog RFI (Mondoblog) / Galsen IT News - Geeky Tech
Tel: 77 629-29-58 / 70 898-33-63 / 78 050-60-90
Nord-Foire, cité APECSY 2 / Dakar-Sénégal

The following two tabs change content below.
Samaké Ba Samba
Métisse et activiste du peuple africain, sénégalais de nationalité d'origine. Passionné par l'écriture, l'informatique et la photographie, tout ce qui constitue la presse en ligne de nos jours. Ce qui me donne le statut de chroniqueur, professionnel des technologies de l'information et reporter-photographe sur la toile. Dakar-Sénégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *